Recommandation Immobilier

3 Conseils pour vos contrôles qualité Habitat

1- Élaboration d’une étude thermique et d’attestation réglementaire RT 2012

Une étude thermique permet de mesurer et définir le coût énergétique d’une maison en fonction de plusieurs critères : lieu de construction, contraintes du bâtiment, enveloppe thermique du bâtiment, chauffage, etc… En fonction de vos attentes et de votre projet, l’étude est établit conformément à la RT 2012. Au-delà de l’aspect réglementaire, cette étude sert de cahier des charges pour une efficacité thermique optimale de votre maison. De plus, au-delà des contraintes administratives, il faut voir l’étude thermique comme une sorte de fil conducteur, indiquant l’ensemble des informations qui font l’efficacité de l’isolation thermique.

2- Une formation à la mise en oeuvre

Vous êtes en phase de travaux ? Vous souhaitez participer activement à la construction de votre foyer ? Vous voulez une avis extérieur impartial ? Nous vous conseillons de suivre une formation pour la mise en oeuvre durant votre chantier, sur les bonnes mises en œuvre, les possibilités techniques…
Au début, il y a votre désir d’avoir un chez vous. Vous pensez votre maison en fonction de vos envies, de vos besoins.
Puis vous devez adapter vos goûts aux différentes contraintes, budget, terrain,…
Les différents systèmes constructifs existants sont très importants, et souvent, arriver à faire un choix en fonction de 3 devis qui sont tous « les meilleurs » est comparable à tirer au sort.
Une formation qualifié vous apportera les conseils importants sur les choix à votre disposition.

3- Contrôle de l’étanchéité de l’air

La réglementation impose, dans le but de vérifier la qualité de la mise en œuvre de l’isolation, un contrôle de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe de la maison à la réception de travaux. L’objectif à atteindre pour une maison individuelle est 0.6m3/h/m² à 4 pascal de pression (Q4 pa surf) cela veut dire un passage d’air maximum de 0.6 mètre cube par heure par mètre carré de parois en contact avec l’extérieur.

Un test final qui n’attend pas les objectifs requis (0.6 pour une maison individuelle, 1 pour un logement collectif) impose au maître d’ouvrage d’effectuer les travaux de corrections pour les atteindre lors d’un second test.
Nous vous laissons imaginer le temps et l’argent perdu quand on doit démonter une partie du parement intérieur pour corriger une fuite d’air sur la liaison d’une fenêtre avec la maçonnerie.
C’est pourquoi, bien qu’il ne soit pas obligatoire, nous recommandons d’effectuer un test en cours de chantier afin de vérifier la qualité de mise en œuvre de l’étanchéité.

L’opérateur, responsable du test, établi un rapport détaillé de l’état de l’étanchéité à l’air de votre maison.
Ce rapport précise le ratio de fuite d’air par m² de parois en contact avec l’extérieur (Q4pa surf) et indique, en détail, les points de fuites et permet, le cas échéant, de les corriger.

Quel est l’intérêt de l’étanchéité à l’air ?

Economie d’énergie

D’après le CETE (centres d’études techniques de l’équipement) de Lyon, organisme qui a mis en place la méthode de mesure de l’étanchéité à l’air des bâtiments, une bonne étanchéité à l’air induit une économie d’énergie de l’ordre de 10% environ. Cette valeur, moyenne, varie en fonction du lieu et de la configuration du bâti testé.
Cette économie de chauffage n’est pas le seul avantage d’une bonne perméabilité de la maison.

Confort intérieur

Couplé à un système de ventilation performant, qui est obligatoire dans une maison construite selon les normes de la RT2012, la qualité intérieure de l’air est améliorée.
En hiver, les infiltrations d’air froid amènent un air sec (l’air froid contient moins d’humidité que l’air chaud). Pour être confortable, l’hygrométrie relative d’une maison doit se situer entre 50 et 60%.
Au-dessous, l’air trop sec dessèche et entraîne divers maux (infection, allergies, etc…).
L’air extérieur peut, canalisé par une VMC posée dans les règles de l’art, limiter l’apport de polluant extérieur.
De plus, en hiver, les courants d’air et sensations de froid parasites sont grandement diminués et en été la limitation des dits courants d’air réduit les risques de surchauffe de la maison.
Un bâtiment étanchéifié est aussi un bâtiment insonorisé, sans matériau spécifique d’insonorisation, le son se transmettant par l’air traversant les fissures.

Concernant le bâtiment

En hiver, pour une maison de facture classique (non performante), l’air sec , dont nous avons parlé plus haut, qui entre dans la maison par ses fuites d’air, « chasse » l’air humide par ces mêmes fuites d’air. Quand l’air chaud entre en contact avec de l’air froid que se passe-t-il ? Il refroidit et il relâche son humidité . On dit que l’air atteint le point de rosée, il y a condensation. Comme quand vous prenez une douche et que vous voyez de la buée se former sur la vitre de votre salle de bain. C’est le même principe. Sauf que, pour en revenir à nos fuites d’air, c’est dans les murs que ça se passe. Ce qui entraîne des dégradations du bâti et de l’isolant.