Négocier 34 % sur un appartement

Négocier 34 % sur un appartement



Gratuit : la 1ère édition « Tout le monde mérite d’être riche »
http://www.olivierseban.com/telechargement-tlmmdr-you-tube

Olivier Seban : Je suis avec Gaétan, 36 ans. Il gagne 2000 € par mois mais a cependant réussi à acheter de l’immobilier. Tu es propriétaire de quoi aujourd’hui ?
Gaétan : Bonjour ! Je suis propriétaire d’un studio et d’un immeuble

Olivier Seban : Comment t’es venu l’idée d’acheter un studio ?

Gaétan : Avec ma situation actuelle je ne m’en sors pas (à 36 ans divorcé, deux enfants à qui il faut payer des études). Je l’ai vécue comme un échec et je me suis dit : « il faut trouver une solution ».

Olivier Seban : Comment as-tu fait pour trouver le studio ainsi que les moyens de l’acheter ? Combien a-t-il coûté ?

Gaétan : Dans les petites annonces sur Leboncoin tout simplement. J’ai dû en visiter plusieurs.

Olivier Seban : Et tu l’as acheté où ?

Gaétan : A Grenoble. Son prix était de 50 000 € avec un garage. Le studio fait 19 m² avec un petit balcon, exposé plein sud, disposant d’un garage avec un locataire dedans.

Olivier Seban : Donc 2 500 € le m² pour Grenoble, qui d’après mes souvenirs, se situe dans la fourchette basse.

Gaétan : Oui, mais c’était déjà trop haut pour moi. J’ai rencontré le locataire au cours de la visite avec l’agent immobilier. C’est un homme de 50 – 55 ans, lui aussi divorcé. Il habite l’immeuble depuis 3 ans. Il y vit très bien, le loyer n’est pas cher, il est stable alors que généralement il y a un turnover sur les studios. L’appartement est conservé en bon état. J’ai demandé à l’agent immobilier pourquoi les propriétaires vendaient.

Olivier Seban : Vous vouliez apprendre à connaître le vendeur si éventuellement c’est un bon vendeur.

Gaétan : Voilà ! Ils ont acheté la maison il y a 15 ans dans le cadre d’une défiscalisation qui a pris fin aujourd’hui. Comme ils perçoivent d’autres revenus à part les loyers, ils doivent payer des impôts. Donc, ils veulent juste s’en débarrasser.

Olivier Seban : C’est vrai qu’en France les impôts sont généralement perçus comme étant rédhibitoires. Pour moi vendre un bien parce qu’il nous fait payer des impôts sur les revenus perçus n’est pas une bonne raison, si c’est l’unique raison de la vente.

Gaétan : Une indiscrétion de l’agent immobilier m’a appris que le bien a été vendu à 42 000 il y un an, mais les banques ont refusé le crédit à l’acheteur. Les vendeurs l’ont remis en vente il y a deux mois. J’y ai flairé une bonne affaire et je me suis fixé pour objectif de l’avoir à 40 000.

Olivier Seban : C’est très important de déterminer son objectif en effet. Déterminez le prix max que vous voulez payer. Donc toi tu as bien fait.

Gaétan : Du coup, j’ai fait ma proposition à 30 000.

Olivier Seban : Tu as dû te faire jeter.

Gaétan : L’agent immobilier m’a dit qu’ils n’allaient jamais accepter. Je lui ai répondu qu’on ne le saura jamais si on ne pose pas la question.

Olivier Seban : Mais toi, tu as suivi une formation.

Gaétan : oui, il me disait qu’il travaillait pour le vendeur et non pour l’acheteur. Je lui ai dit que dans ce cas je ne paierai pas les frais d’agence. Et deux heures après, effectivement, ils ont refusé mon offre à 30 000, mais ils l’ont accepté à 33.

Olivier Seban : Conclusion : négociez, posez la question, n’hésitez pas à faire les offres de prix.

Gaétan : Du coup, la vente s’est conclue, donc j’en ai eu pour 40 000 € avec les frais de notaire, les frais d’agence.

Olivier Seban : Et tu touches combien de loyer, ça c’est important.

Gaétan : 332 hors charge

Olivier Seban : Donc, 4 000 euros l’année soit 10%. Gaétan en est là parce qu’il n’a pas hésité. Rien ne vous empêche de faire la même chose. Est-ce que c’était difficile ?

Gaétan : Fondamentalement, non.

Olivier Seban : Donc tu as fait une deuxième affaire, un immeuble. Tu vas nous en parler dans la deuxième vidéo.